Investir en Chine

25 ans après l'engagement du processus de réforme, les résultats économiques chinois ont dépassé toutes les espérances : le PIB a été multiplié par 9 à prix constants, le revenu réel des ménages a quintuplé, le commerce extérieur a été multiplié par 10.

Pourtant, il n'est pas exagéré de dire que subsistent des défis du même ordre de grandeur, tant la poursuite d'une croissance élevée reste indispensable pour contenir le risque social : le développement des provinces intérieures et défavorisées, le soutien aux oubliés de la croissance, dans les campagnes surtout, mais aussi, de plusen plus, dans les villes. La poursuite de la normalisation de l'économie chinoise devra composer avec les engagements pris à l'OMC, à la fois contrainte et prétexte, facteur de déstabilisation et aiguillon des réformes.

Les exportations française vers la Chine devraient atteindre environ 10,8 Mds EUR en 2006 en incluant Hong Kong, soit 2,8% de nos exportations totales. Pour la première fois cette année, la Chine dépasse la Suisse.

Les importations chinoises en France (Hong Kong inclus) devraient s’élever en 2006 à 24,5 Mds EUR, soit au 7ème rang des fournisseurs de la France, juste derrière les Etats-Unis.

Le solde bilatéral avec la Chine s’est légèrement creusé en 2006 et atteint désormais 13,7 Mds EUR (dont 2 Mds d’excédent avec Hong Kong). Pour la 4ème année consécutive la Chine représente donc le 1er déficit bilatéral, devant celui contracté avec l’Allemagne.

Avec un montant de 592 M EUR en 2005, la Chine (hors Hong Kong) n’a compté que pour 0,6% des investissements français à l’étranger en 2005. En Asie, il s’agit de notre 2ème cible d’investissement, loin derrière le Japon. Ce chiffre modeste correspond néanmoins à environ 800 entreprises, présentes dans plus de 1500 implantations et employant environ 200 000 personnes.

Plus de 15 000 Français résidaient officiellement en Chine à la mi-2006, dont 1/3 à Hong Kong. Il s’agit de la 2ème destination d’expatriation en Asie Océanie, loin derrière l’Australie mais devant l’Inde et le Japon.

Voici enfin, quelques chiffres pour inciter à l'investissement en Chine malgré le problème de l'absence réelle de démocratie et de garantie des droits sociaux.

Avec 9,60 M km², la Chine se situe au 4ème rang mondial par sa taille, juste derrière les Etats-Unis (9,62 M), et devant le Brésil (8,51 M). En ne comptant que la surface émergée, elle est par contre 2ème après la Russie avec 9,33 M km².

La Chine possède les plus longues frontières terrestres, soit 22 000 km, juste devant la Russie (19 000 km). En terme de façade maritime, elle occupe le 11ème rang avec 14 500 km, entre la Nouvelle-Zélande (10ème) et la Grèce (12ème).

Seulement 15% du sol est arable, soit 1,2 M km², plaçant la Chine au 4ème rang après les Etats-Unis (1,7 M), l’Inde (1,6 M) et la Russie (1,3 M). La surface cultivée est bien plus réduite (102 M ha) et diminue en raison de l’urbanisation.

Comptant 1 308 M d’habitants, la Chine est de loin le pays le plus peuplé, devant l’Inde (1 095 M) et les Etats-Unis (296 M).

Avec 1,73 enfant par femme en moyenne, la Chine se site au même niveau que les pays industrialisés dans sa transition démographique.

Le PIB de la Chine s’est élevé en 2005 à 2226 Mds USD. Grâce à l’effet cumulé d’une croissance annuelle de 10,2% et d’une réévaluation globale de 17% faisant suite au recensement économique, la Chine a simultanément dépassé l’Italie, la France et la Grande-Bretagne l’année dernière.

Si on ajuste les revenus par le coût de la vie relativement plus faible en Chine (calcul en équivalent dit « à Parité du Pouvoir d’Achat »), la Chine atteint la 2ème place mondiale avec un revenu près de 9 412 Mds USD PPA et un revenu par tête d’environ 7 204 USD PPA (84ème rang mondial).

Le revenu annuel moyen par habitant a franchi la barre symbolique des 1000 USD en 2003 et s’établissait en 2005 à 1 702 USD.

D’après la nomenclature de la Banque Mondiale, la Chine est un « pays à revenu intermédiaire inférieur ».

Selon l’indicateur synthétique de développement humain des Nations Unies 2006, la Chine se situe au 81ème rang sur 168, aux côtés de l’Arménie et du Pérou. En Asie, seuls la Mongolie, l’Indonésie, le Kirghistan et les pays de la péninsule indochinoise font moins bien.

1ère agriculture mondiale, la Chine est à l’origine d’environ 12% des fruits, 16% des céréales (dont riz 27%, maïs 18% et blé 14%), 48% des légumes produits dans le monde en 2005. Elle possède 50% du cheptel porcin mondial.

4ème industrie après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne, la Chine a généré en 2005 environ 6,9% de la valeur ajoutée manufacturière mondiale (29% de celle des PVD).

Le parc automobile chinois équivaut aujourd’hui à peu près au parc français, soit 36 M d’unités.

Sa production automobile est désormais supérieure à celle de la France, à 5,7 M. Sa position est plus affirmée dans les poids lourds (2ème derrière le Japon avec 1,16 M d’unités produites en 2005) et les bus (1ère avec 176 000), que dans les voitures (5-6ème avec 3,7 M d’unités, soit 3 fois plus qu’en 2002 !).

Avec une production annuelle de 83 M d’unités, soit environ 25% du total mondial, la Chine est de loin le 1er producteur mondial de TV couleur. Elle s’affirme également dans un certain nombre d’appareils électroniques (50% de la production mondiale de lecteurs DVD et d’appareils photos digitaux)

La Chine possède plus de 20.000 entreprises de jouets, essentiellement tournées à l’exportation, qui en font de loin le principal producteur (70% du total mondial).

La Chine a produit en 2005 environ 30 M de réfrigérateurs, 6,5 M de congélateurs, 30 M de machines à laver, 47 M d’aspirateurs, 120 M de ventilateurs ou encore 67 M de climatiseurs, soit plus d’1/3 du total mondial des appareils domestiques.

La Chine a dépassé Taiwan en 2001 au 3ème rang mondial des producteurs d’informatique (et n°2 pour les seuls PC où elle a dépassé le Japon avec 45 M d’unités).

Depuis 2004 la Chine a dépassé le Japon pour devenir 3ème exportateur de biens. En 2005, elle reste derrière les Etats-Unis et l’Allemagne. D’un montant de 765 Mds USD, ses exportations ont représenté 9,8% du total mondial. Dans les seuls biens manufacturés, sa part du marché mondial est supérieure à 13%.

Après avoir enregistré une croissance des importations de 40% en 2003, la Chine est passée du 6ème au 3ème rang des importateurs de biens. Elle a conservé ce rang en 2005 grâce à une croissance de 18% des importations. D’un montant de 663 Mds USD, celles-ci ont représenté 8,1% du total mondial.

En 2005, avec 72 Mds USD d’IDE reçu, la Chine était le 3ème pays récipiendaire d’IDE (investissements directs étrangers) au monde, derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, juste devant la France (63 Mds).

La capitalisation totale des marchés boursiers (Shanghai et Shenzhen) s’élevait à environ 400 Mds USD mi-2006, presque exclusivement sur le segment A (dénominé en RMB), où la présence étrangère (nécessitant une licence d’investisseur institutionnel qualifié) se chiffre à environ 4 Mds USD. La Chine continentale occupe le 13ème rang mondial en capitalisation.

Avec 75 000 km de voies ferrées (dont 22 000 km électrifiées), la Chine se situe juste après les Etats-Unis (195 000 km) et la Russie (87 000 km).

Avec 393 M de souscripteurs à un téléphone portable et 350 M à une ligne fixe en 2005, la Chine devance désormais les Etats-Unis.

Avec 123 M d’internautes fin 2006, la Chine dépasse le Japon, mais reste loin derrière les Etats-Unis (209 M).

Aller plus loin :

Haut de pages

 

© 2001-2006• Zia Oloumi - Avocat à la Cour d'Appel de Paris et au Barreau de Nice • www.jurispolis..com • Tous droits réservés • Wednesday, 4 April, 2007 21:51 Accueil
Webmaster Mentions légales